Différentes cuisines

Les cinq cuisines chinoises

les chinois aiment associer la cuisine aux cinq éléments

La cuisine du Nord

Alliée à l’élément eau, elle assimilée à la cour impériale de Pékin mais aussi à la cuisine du Henan et à la cuisine mongole. Très raffinée, les Pékinois prisent la légèreté des potages de nids d’hirondelle, du canard laqué, les pigeonneaux frits, la soupe aux dix parfums et l’émincé de porc aux oeufs. les plats sont servis parfois avec des pâtes ou des crêpes. La cuisine est très parfumée et affectionne les épices.

La cuisine de l’Est

Alliée à l’élément bois, appelée aussi cuisine des côtes de Shanghai, c’est une cuisine aimant les ragoûts, les sauces épaisses, notamment avec du soja. La cuisine paysanne du Fujian, aussi appelée « rouge » ajoute volontiers du hachis de viande de poulet ou de canard. A Shanghai, les poissons et fruits de mer sont rois.

 La cuisine de l’Ouest

Alliée à l’élément métal, elle regroupe les cuisines du Yunnan et du Sichuan portées sur les piments, anis, cannelle, vinaigres et épices fortes comme le gingembre, et nuancées par du miel. Au Yunnan, on apprécie le poulet mendiant, le jambon aux épices, le poulet aux ananas alors qu’au Sichuan c’est la célébrissime fondue.

La cuisine du Sud

Alliée à l’élément feu, elle est la plus connue aux monde grâce aux innombrables colonies de Cantonnais qui l’ont diffusée. Elle est plus familière avec les « dimsum », le canard grillé, le travers de porc, le cochon de lait, et bien sûr le riz sauté, qu’on dit « cantonnais ».

La cuisine du Centre

Alliée à l’élément terre, elle se veut plus modérée. Dans ces provinces du Jiangxi, Hunan, Hubei et Guangxi, on met en avant les animaux terrestre comme le porc pour le jambon cru, le coq, le canard, le poulet au bouillon de thé.

Source « Esthétiques du quotidien en Chine – Danielle Elisseeff » que vous pouvez emprunter à la bibliothèque