Coup de cœur de la semaine pour un livre

Envoyé par Jacqueline

La souplesse du dragon  de Cyrille JAVARY livre paru en 2014  

« On ne pense pas, on n’imagine pas, on ne sent pas de la même façon en Chine et en Occident ; notre vision du monde n’est pas universelle, elle est un héritage culturel qui imprègne notre quotidien autant que notre philosophie. Ce n’est pas l’essence des êtres et des choses qui est centrale dans cette perception du monde, mais le changement incessant, la dialectique féconde entre yin et yang, le subtil balancement entre Terre et Ciel» Ces quelques phrases de la quatrième de couverture, illustrent bien le propos de l’auteur, subtil connaisseur de la Chine. 

La civilisation chinoise est la seule sur terre à perdurer après plus de 4 millénaires. Nous n’avons pas l’expérience d’un tel héritage et nous ne pouvons mesurer l’importance que cela a pour les Chinois.

De lecture facile, anecdotes du quotidien se mêlant à la grande Histoire, la souplesse du dragon nous permet de découvrir petit à petit, à partir de multiples exemples, les différences existant entre la pensée occidentale et la pensée chinoise, nous ouvrant ainsi à une meilleure approche de la Chine moderne.

Stage de calligraphie d’Isabelle Baticle, un beau moment

Nous étions 7 participantes au stage de calligraphie d’Isabelle Baticle dans les locaux de Rennes-Chine qui sentaient bon l’encre de Chine. L’occasion d’une grande respiration quatre jours avant le nouveau confinement.

Cette fois-ci, nous avons abordé les stèles gravées de la dynastie des Han. La dynastie des Han, deux siècles avant notre ère commune et deux siècles après, une des plus longues dynasties est un moment fondamental de l’Histoire de la Chine. La richesse de l’art et de la culture de cette
période fut telle que l’écriture et la langue chinoises portent son nom.

Pendant 4 siècles, la dynastie des Han régnera sur la Chine, lui assurant une grande stabilité, propice au développement de l’art et de la culture. Le style Li Shu, écriture des fonctionnaires et des scribes –ou appelée également la chancellerie – est la graphie de base de l’écriture chinoise qui ne changera plus.

Cette calligraphie simple, forte, pleine d’énergie est toujours pratiquée aujourd’hui en Chine.

Les roches gravées des Han ont eu une influence considérable sur le
développement de l’art de la calligraphie : ce sont de véritables forêts de
stèles aux sujets extrêmement variés.

Nous avons étudié particulièrement une stèle réalisée à la gloire de Zhuang Qian pour ses actions méritoires et à la gloire de ses ancêtres. Cette stèle concerne les circonstances et les détails d’un épisode historique : la révolte des turbans jaunes.

Les quatre caractères gravés à gauche pi lan shi ya pourrait se traduire
par : « il avait percé tout le secret des livres ». A côté des caractères de la stèle qui date de 186 de notre ère commune, une interprétation d’un calligraphe contemporain.

Prendre un pinceau et se replonger dans Essai sur l’art chinois de l’écriture de Jean François Billeter : « La pratique de la calligraphie a d’abord l’avantage d’imposer une discipline. L’exercice exige une mobilisation du corps et une présence d’esprit sans défaut. En nous obligeant à réorienter et à faire converger toutes nos forces, il met fin à l’état de dispersion dans lequel nous vivons la plupart du temps… L’inquiétude, le souci et la rumination, qui sont nos principales causes de fatigue, cessent comme par enchantement… ».

C’est pour cela qu’Isabelle Baticle commence chaque séance par des
exercices corporels issus du taijiquan et du de qigong : « le tracé comme exercice d’incarnation, chaque trait comme un corps vivant…quelle pensée derrière les caractères, quelle poésie, quel sens ? ».

Recette du sauté d’oignon rose aux oeufs

Comme nous sommes privés des cours de cuisine et des conseils de Tong Ming, elle nous envoie une recette de saison, recette simple à base d’oignons recommandée pour prévenir les rhumes :

Recette pour 2-3 personnes

Ingrédients :
– 2 oignons roses
– 3 oeufs
– Sauce de soja claire, huile de tournesol
– Lardons

Etapes :
1 – Couper les oignons en forme de triangle (en les écalant).
2 – Battre les oeufs dans un bol, mettre 4 ou 5 cuillères à soupe d’huile dans une poêle sur feu vif, ajouter les oeufs battus, mélanger et faire cuire rapidement, sortir dans une assiette.
3 – Mettre 3 c à s d’huile dans le wok, mettre les lardons, ensuite ajouter les oignons, puis ajouter 2 c à s de sauce de soja claire, cuire environ 3-4 minutes, ajouter les oeufs, mélanger un peu, sortir aussitôt dans une assiette.

Tribune de l’Assemblée nationale

La Fédération des associations franco-chinoises nous a fait parvenir cette tribune dénonçant les propos et manifestations racistes à l’égard des asiatiques.

En voici quelques extraits :
« …Il est fondamental de faire barrage au racisme anti-asiatique en recrudescence depuis le début de l’épidémie de Covid-19, alertent plus de 100 députés. Le hashtag #Jenesuispasunvirus avait d’ailleurs été
lancé par la communauté asiatique sur les réseaux sociaux au début de l’épidémie pour dénoncer une forme de racisme ordinaire. Cette tribune trans-partisane paru dans Libération…est plus que jamais d’actualité.
Dans un contexte de crise sanitaire sans précédent, l’unité et la vigilance sont de mise.
Pendant des années, nous avons eu collectivement tendance à sous-estimer les paroles racistes à l’égard des personnes d’origine asiatique. Sous couvert de préjugés « positifs », nous avons laissé se banaliser des propos qui mènent aujourd’hui à une grave violence verbale et physique, allant jusqu’au lynchage comme l’a vécu Kévin, un jeune du XIXe arrondissement de Paris molesté par des lycéens scandant « sale chinois » a chaque coup asséné.


Depuis le début de l’épidémie du Covid-19, les actes et commentaires racistes se multiplient en France à l’encontre des personnes d’origine asiatique assimilées à des « Chinois ». La crise sanitaire a donné lieu à un
racisme virulent et direct… Or ils ne sont en rien responsables de cette épidémie !
Ces derniers jours, une nouvelle étape a été franchie quand un appel à perpétrer des attaques contre «les Chinois » a été massivement diffusé sur les réseaux sociaux. La haine de ces messages dont seule une petite
partie a été supprimée montre, s’il en était besoin, le poids et la responsabilité des plateformes en ligne. Du très repris « sale chinois vous avez foutu la merde avec votre corona » au plus que nauséabond « Hitler aurait dû tuer les Chinois pas les juifs », nous mesurons la facilité crasse avec laquelle les esprits faibles prennent pour cible les Asiatiques d’origine ou de nationalités…
L’universalisme républicain doit demeurer notre boussole contre toutes les violences qui menacent notre cohésion nationale ».