Coup de coeur de la semaine pour un livre

envoyé par Bénédicte le 17 février 2021

Les cygnes Sauvages

de Jung CHANG livre paru en 1992

Le récit court sur trois générations, la grand-mère, la mère et la narratrice née en 1952, de l’époque des pieds bandés et des concubines à celui du communisme, en passant par l’invasion japonaise et la période du Guomindang. L’histoire se passe en Mandchourie où les rites sont très contraignants, où l’individu est corseté – surtout les femmes – puis dans la région de Chengdu au Sichuan.
C’est un récit très documenté et très précis. Pas de littérature ni de style inutile. C’est quasi un journal dans lequel nous sommes au plus près des souvenirs, des sensations, des impressions. Et c’est d’autant plus fort que les sentiments et leur expression sont interdits, réprimés, autocensurés . Les éléments les plus marquants sont cette foi dans le communisme que vivent les parents de la narratrice; surtout le père, qui place cet idéal au-dessus de son amour pour sa femme et sa famille. Puis il évoluera, tout en restant un résistant face aux dérives du régime maoïste. Cet écartèlement intérieur l’amènera au bord de la folie.

Les grandes figures attachantes sont la grand-mère et la mère, résistantes aussi, mais s’adaptant à la terrible réalité et infatigables dans leur amour pour leurs enfants et la famille. La narratrice est particulièrement sympathique et on la suit comme une amie dans ce destin chaotique. On à peine à croire ces témoignages de vie dans ce monde bouleversé, violent, absurde, aussi hiérarchisé et injuste que l’Empire qu’il était censé combattre.

Superbe roman à lire et à relire !!





Conseils de Tong Ming par temps froid et humide

Le temps encore très froid, surtout avec les chutes de neige du 9 février dernier, donne l’impression le printemps est en retard. Mais les pousses des jonquilles et des tulipes nous font signe que l’énergie Yang commence à croître lentement. En effet, les plantes sont toujours plus sensibles à l’arrivée du printemps.

La différence de température entre le jour et la nuit dans cette période est encore très importante, il faut toujours faire attention à bien s’habiller pour éviter d’attraper froid et de tomber malade. 

Adapter son régime alimentaire

Trois éléments sont importants pour le régime alimentaire en cette saison : compléter l’énergie du Yang, prendre soin de l’estomac et de la rate et protéger les yeux qui sont reliés à l’énergie du méridien du foie.

C’est pourquoi, d’après mon expérience, par rapport à l’hiver, il faut manger plus de légumes et de fruits et diminuer la quantité d’aliments gras, froids et acides pendant cette période printanière.

Légumes conseillés : coriandre, oignon, chou-fleur, chou chinois, salade, céleri, gingembre, l’ail, pousse de soja, carotte, épinard, poivron, etc.

En plus des légumes, manger plus de jujubes, d’agrumes, de miel, d’arachides, de goji etc. 

Une petite recette pour faire une tisane en cette période :

Ingrédients : 4 grandes tranches de gingembre, 2 à 3 jujubes coupées en deux, 3 à 4 cuillères à café de sucre brun (différent du sucre roux français).

Etapes : mettre environ 1 litre d’eau dans un casserole, ajouter les tranches de gingembre et les jujubes, faire bouillir à feu vif. Après ébullition, baisser le feu, laisser mijoter 20 minutes à feu doux. Enfin, ajouter le sucre brun à la fin, sauf si vous n’en consommez pas.

Vous pouvez en trouver les jujubes et le sucre brun dans les magasins d’alimentation asiatique.

Il est préférable de consommer cette tisane avant 13 heures.  

A vos penceaux ! une calligraphie du caractère du buffle

A vos pinceaux !

Une calligraphie du caractère du buffle.

Le 12 février, nous quitterons l’année du rat (shu) pour l’année du buffle   (niu). Nous vous proposons de participer à l’opération  « A vospinceaux » en faisant une calligraphie du caractère du buffle.

Merci de nous faire savoir si vous êtes intéressé(e) et nous vous enverrons les pages du dictionnaire correspondant à ce caractère dans les différents genres calligraphiques. Rien que d’en parler nous avons déjà 6 candidat(e)s !

Nous organiserons ensuite une exposition sur le nouveau site de Rennes-Chine.

Vous pourrez envoyer vos images (scan ou photo) avant le 20 février sur le mail de Rennes-Chine et, si vous en avez envie, dire, en une ou deux phrases, pourquoi vous avez aimé et choisi ce modèle.

Coup de coeur de la semaine pour un livre

Envoyé par Élisabeth le 5 février 2021

Peinture et poésie

J’ai envie de parler d’un recueil de poésie et de peinture particulièrement bienvenu en ce moment : Un Monde simple et tranquille de Laoshu. L’auteur, LIU Shuyong de son vrai nom, peintre et poète, tient un blog sur lequel il publie une peinture accompagnée d’un poème chaque jour depuis 2011. Les éditions Picquier en ont tiré un recueil traduit en français intitulé Un Monde simple et tranquille. Il était venu à Rennes en 2018 présenter son travail. C’est là que je l’ai rencontré.

J’aime ce livre car il nous plonge d’emblée dans un univers très personnel. Les poèmes sont libres, l’auteur les qualifie de style « dayou » c’est à dire sans maniérisme ce qui les rend très accessibles. Les illustrations « croquent » la vie quotidienne. A l’encre noire ou colorées, elles sont magnifiques, à chaque page c’est la surprise.

Les saisons, la nature, les sentiments amoureux, le temps qui passe, l’argent, Laoshu nous offre sa vision du monde avec son lot d’humour, de truculence, d’évasion, de poésie toujours.
On est bien en Chine car il y a les rizières, les montagnes et les gâteaux de riz mais le langage est universel et parle à chacun de la vie.

Une lecture au fil de l’eau

Ce recueil peut être lu page après page, textes et peintures menant à la réflexion, beaucoup portent à la méditation, à l’apaisement. En ce moment, j’ai laissé le livre à portée de main et j’en ouvre une page au hasard, une page en appelant une autre à la manière d’un dictionnaire, le sourire est toujours au rendez-vous !

En tant qu’apprenante en chinois, un regret cependant : que l’éditeur n’ait pas pensé à mettre en parallèle le texte en chinois à côté de la traduction, le bonheur eut été total !

Chaque jour, je passe par cette ruelle,

Les fleurs, à profusion, envahissent le haut mur.

Absorbé par la frénésie des abeilles et la danse des papillons,

J’en oublie les inconstances du genre humain

Laoshu, Un Monde simple et tranquille





La lettre mensuelle 133 février 2021

Rennes-Chine la lettre n°132 février 2021

Le 12 février 2021, nous entrons dans l’année du Buffle de métal : intelligent, patient, il trace son sillon avec détermination. Les chinois disent que la vie n’a pas de prix, c’est ce que nous avons de plus précieux. Alors vivez votre vie au présent avec prudence bien sûr (masque et alcool toujours avec soi) . Nous vous souhaitons une année heureuse et continuerons à vous parler de la Chine chaque mois.

Coup de coeur de la semaine La plaine de de BI Feiyu

Coup de cœur de la semaine pour un livre

Envoyé par Ben le 27 janvier 2021

La plaine de BI Feiyu livre paru en2009

L’histoire se passe au cœur de la Chine pendant la Révolte Culturelle dans le village des Wang. On suit Duan Fang qui rentre au village après avoir fini ses études dans la ville proche.

Il est en bute à l’ignorance et au primitivisme des paysans et villageois, à la superstition et aux soumissions sociales, les hiérarchies communistes reproduisant un ordre féodal. Il se renfrogne vis à vis de tous. La seule personne qui va l’épanouir est une jeune fille qui lui rend son amour; mais un événement aussi tragique qu’absurde va la faire mourir.

Les personnages sont incroyables, sortes de marionnettes, vivant suivant des logiques incompréhensibles pour des lecteurs modernes.

Le personnage principal est la terre, la glaise, qui se marie avec l’eau du ciel et celle de la rivière. On barbote constamment dans la boue. Les personnages semblent être faits de cette terre, ils en ont la substance et la couleur.

Les personnages sont bruts ; il sort d’eux une énergie, une violence, une pulsion naturelle, sexuelle. Et quand le besoin se fait sentir, on l’assouvit avec sa truie tout comme avec sa femme, que l’on vend, comme un animal. Pas de morale, pas de jugement, mais une fresque forte. Très beau roman.

L’auteur a 56 ans. Il a reçu en 2011, le prix Mao Dun (l’équivalent de notre Goncourt) pour son livre Les aveugles.

Coup de cœur de la semaine pour un livre

Envoyé par Jacqueline le 18 janvier 2021

La souplesse du dragon  de Cyrille JAVARY livre paru en 2014  

« On ne pense pas, on n’imagine pas, on ne sent pas de la même façon en Chine et en Occident ; notre vision du monde n’est pas universelle, elle est un héritage culturel qui imprègne notre quotidien autant que notre philosophie. Ce n’est pas l’essence des êtres et des choses qui est centrale dans cette perception du monde, mais le changement incessant, la dialectique féconde entre yin et yang, le subtil balancement entre Terre et Ciel» Ces quelques phrases de la quatrième de couverture, illustrent bien le propos de l’auteur, subtil connaisseur de la Chine. 

La civilisation chinoise est la seule sur terre à perdurer après plus de 4 millénaires. Nous n’avons pas l’expérience d’un tel héritage et nous ne pouvons mesurer l’importance que cela a pour les Chinois.

De lecture facile, anecdotes du quotidien se mêlant à la grande Histoire, la souplesse du dragon nous permet de découvrir petit à petit, à partir de multiples exemples, les différences existant entre la pensée occidentale et la pensée chinoise, nous ouvrant ainsi à une meilleure approche de la Chine moderne.